dimanche 12 novembre 2017

Mon Challenge lecture 2018

Bonjour les Pandas!

2018 arrive et j'ai décidé de mettre beaucoup d'espoirs en cette nouvelle année. Pour la première fois, je vais prendre non pas une résolution, mais PLEINS ! Je me ré-invente.

Bref, cette année j'ai décidé de m'impliquer davantage dans le blog, d'être plus régulière et de diversifier mes lectures. Dans ma liste des 30 choses à faire avant mes 30 ans, comme vous le savez peut-être, j'ai décidé de lire un auteur par pays. Dès que je retrouve comment faire, je fais un onglet sur le sujet si jamais vous avec envie de suivre ça !


CHALLENGE LECTURE 2018

Un livre de zombies
Un livre en une journée
Un classique
Une série complète
Un BD/Roman graphique
Une relecture
Un livre en anglais
Un livre de poésie
Un premier roman
Un livre adapté au cinéma
Une ré-écriture de conte
Un auteur français
Une dystopie
un LGBT
Une histoire vraie
Un livre audio
Un livre de + de 700 pages
Un livre sur noël
Un recueil de nouvelles
Un développement perso
Un live sur le racisme
Un livre acheté au hasard
Un roman historique  

Voilà mon petit challenge. Comme vous pouvez le voir il est plutôt simple parce que le but n'est pas non plus de me compliquer la vie. J'ai simplement envie de me faire plaisir en me rendant compte que j'avance dans mes objectifs, d'une manière générale. Je trouve ça + positif que de se fixer des objectifs trop compliqués à atteindre (dit-elle alors qu'elle veut livre un auteur par pays en 3 ans...)

Très bonne semaine à vous!

jeudi 9 novembre 2017

Espace Lointain - La petite merveille de Jaroslav Melnik

ALERTE PÉPITE EN VUE !
Auteur: Jaroslav Melnik
Éditions: Agullo
Prix: 21.50 €

Hier soir j'ai terminé l'excellent Espace Lointain de Jeroslav Melnik (Pour ceux qui me suivent sur les réseaux sociaux... J'ai mon ukrainien ! Yay !).
Ce livre n'est pas seulement un roman mais aussi et surtout une observation, voire une fable, philosophique. A coup de métaphores et à travers Gabr, son personnage principal, Melnik nous dresse le portrait de l'Homme insatisfait, qui passe tant de temps à courir après la Vie avec un grand V, qu'il en oublie de profiter de ce qu'il a. Typique.
Espace Lointain est une leçon originale et marquante qui m'aura collé une petite claque et qui se hisse tout en haut de la pile de mes meilleures lectures de 2017.

Est-il préférable de connaître une vérité qui fait souffrir ou bien de rester dans un mensonge rassurant ?

Résumé : « Et si voir était un crime ? » À Mégapolis, tous naissent aveugles. Les habitants dépendent de capteurs électroacoustiques, et le verbe « voir » ne fait plus partie du vocabulaire. Jusqu'au jour où Gabr recouvre la vue... Terrifié par ce qu'il prend pour des hallucinations, il se rend au ministère du Contrôle où on lui diagnostique une psychose de l' « espace lointain ». Mais Gabr est saisi par le doute : et si ce qu'il percevait était en fait la réalité ? Sa rencontre avec Oks, le chef d'un groupe révolutionnaire, va confirmer les intuitions de Gabr et bouleverser sa vie. Tiraillé entre la violence des terroristes et celle d'un système millénaire, Gabr trouvera-t-il sa propre voie pour accéder à l'« espace lointain » et à la liberté ? Avec cette dystopie orwellienne, Jaroslav Melnik offre la métaphore puissante d'un monde prêt à sacrifier la vérité pour la sécurité. Mais peut-on vivre dans le mensonge ? Et qu'y a-t-il de plus précieux que la liberté ?

Jeroslav Melnik est un écrivain et philosophe et ça se sent. Une écriture intelligente, des réflexions abouties, des explications claires sur des choses parfois complexes qui forcent le lecteur à jeter un regard sur sa propre manière de vivre. Ici, on dénonce à coup d'univers dystopique (quoi que) une humanité qui perd de sa définition ; l'auteur dépeint une nature humaine parfois ignorante, souvent terrifiée par l'insécurité et presque toujours gagnée par la lâcheté.

Dès la première page, Gabr a déjà ses « hallucinations » et commence à voir le monde dans lequel il évolue. Pour le ministère du Contrôle de l'Union gouvernemental, cela ne fait aucun doute: Gabr est atteint de Psychose de l'espace lointain. Selon eux, Gabr doit être soigné avant de devenir dangereux et ils comptent bien lui retirer ses hallucinations. Une fois la peur de la nouveauté dissipée, Gabr fera tout pour garder la vue.
Il est difficile de ne pas éprouver d'empathie pour cet homme seul face à la vérité. Non seulement il découvre le terrible décor qui l'entoure mais, surtout, il ne parvient pas à partager ce qu'il voit. Comment expliquer aux gens qu'il connaît ce que voir signifie ? Comment expliquer la lumière et les couleurs à des personnes n'ayant connu que l'obscurité toute leur vie ?

Comment prouver à tout le monde qu'il n'est pas fou ? 

Gabr est loin d'être le seul personnage intéressant à étudier dans ce roman. A travers les pages d'Espace Lointain, le lecteur rencontrera divers personnages faisant écho à notre propre société. Avec eux, l'auteur approfondira des notions telles que le terrorisme, la politique, l'amour, la sphère familiale etc.

Le rythme du roman est assez lent même si il y a de nombreuses ellipses temporelles. Ce qui rend le roman très agréable à lire est la variété de la forme: mélange d'extraits d'émissions, de rapports officiels, d'extraits d'un livre de poésie interdit à la distribution, de coupures de presse, de journaux intimes de certains protagonistes etc. Alors que Melnik excelle dans les réflexions philosophiques, le seul exercice dans lequel je n'ai pas senti l'auteur incroyablement à l'aise est le dialogue.

Bref, Espace Lointain est une merveille, entre dystopie et science-ficton, opposant de nombreux thèmes (humanisme, totalitarisme, vérité & mensonge, politique, liberté, besoin de l'autre etc) et mérite que l'on parle de lui. Toi, le lecteur qui aura lu cette chronique jusqu'au bout; lance-toi et prépare-toi à découvrir un univers sombre et mené d'une main de maître ainsi que des personnages foutrement humains.

mercredi 1 novembre 2017

Mon avis sur la saison 8 de Buffy Contre les Vampires en comics

Éditeur: Dark Horse
Prix: 36.00 € (Cette couverture est celle du 1er tome de l'INTÉGRALE de la saison 8)

AHHH LE BONHEUR ! Je n'aime pas les BD, vraiment. J'ai souvent essayé d'en lire mais, pour moi, elles n'offrent qu'un sérieux manque de profondeur et l'attachement avec les personnages est toujours nul (c'est un avis personnel, ne m'envoyez pas vos chaussures dans la tronche). Cependant, comme toujours, Buffy... C'est Buffy quoi. La femme de ma vie. La série de mon adolescence. L'héroïne modèle.
Je suis archi fan de cet univers depuis que j'ai 8 ans. J'ai facilement regardé tous les épisodes au minimum 30 voire 40 fois et je peux pratiquement vous les réciter.


Cette chronique s'adresse à ceux qui ont regardé toutes les saisons et surtout le tout dernier épisode. Les autres, fuyez loin des spoilers !

Donc pour ceux qui s'en souviennent, le dernier épisode de la saison 7 marquait la destruction de la bouche de l'enfer de Sunnydale et le repli de cette saloperie de Force.

Ce qui est méga trop cool :
  • Avec une BD au moins, pas de souci de casting ! Buffy, Giles, Dawn, Willow, Alex, Faith, Spike, Angel, Warren, Amy etc etc... On retrouve tout le monde. Et ça, c'est quand même absolument génial ! Bon, par contre... Anya me maaaannnnnnqqqqquuuuueeee !

  • C'est Joss Whedon qui supervise l'écriture. Du coup, on retrouve parfaitement l'ambiance de la série et surtout, son humour si particulier qui, pour notre plus grand plaisir, offre très souvent des clins d’œil au passé que nous connaissons.
  • Les couvertures sont beaucoup trop incroyablement merveilleusement belles je décède de mort de fin de vie.
  • Des rapprochements entre des personnages qui pourraient en choquer certains... Moi j'ai trouvé ça absolument top et je suis JOIE. Je vous jure, on ne voit pas tout venir, préparez-vous à être (agréablement j'espère, mais j'émets des doutes) surpris ! ATTENTION: Si vous voulez garder les surprises, ne regardez surtout pas les couvertures à l'avance !

      
    Ce qui est vachement moins méga cool :
  • Autant on retrouve l'esprit de la série avec un humour que l'on connait bien et nos personnages chouchous... Autant les choses ont bien changé pour notre tueuse d'amour. Maintenant que les Potentielles sont toutes activées, on se retrouve avec beaucoup plus de monde et surtout, une organisation très... militarisée. Je vous jure, au début, ça surprend. Bon, par contre, ça va bien à Alex !

    Oui, je sais, ça surprend.
  • Si les couvertures sont magnifiques j'ai eu parfois un peu de mal à reconnaître certains personnages dans quelques vignettes de la BD. C’est normal, je sais. Mais pour moi qui ne suis pas habituée, c'est un peu déroutant !

En bref, j'ai retrouvé mes personnages chouchous avec GRAND plaisir ! Pour moi cette saison 8 est une bénédiction car l'univers me manquait beaucoup ! Cependant, j'ai vu que pas mal de personnes étaient déçues de l'évolution, ce que je peux comprendre ! D'ailleurs, moi-même, j'aurais préféré retrouver une ambiance à la Sunnydale plutôt qu'un espèce de délire à l'Initiative. Le truc chouette c'est que, si comme moi vous accrochez, vous aurez largement de quoi faire car entre Buffy et « Angel et Faith », on arrive à la saison 11 et je ne pense pas que ce soit terminé !

dimanche 22 octobre 2017

Stone Junction - Jim Dodge

Auteur: Jim Dodge
Éditions: Super8
Prix: 22.00 €

Super 8 Éditions est une ME que je ne connaissais pas il y a encore peu de temps. Je ne sais absolument pas comment je suis passée à côté mais je me donne souvent l'impression de vivre dans une grotte, donc je ne suis pas dépaysée. En tout cas, si vous ne connaissez pas cette maison d'édition, je vous invite à jeter à un œil à leur catalogue: perso, je veux TOUT.

Lorsque je suis tombée sur le résumé de Stone Junction, j'étais certaine que ce livre deviendrait un must-read pour moi. Je ne me suis pas trompée.

Résumé: Depuis sa naissance, Daniel Pearse jouit de la protection et des services de l'AMO (Association des magiciens et outlaws), géniale et libertaire société secrète. 
Sous le parrainage du Grand Volta, ancien magicien aujourd'hui à la tête de l'organisation, le désormais jeune homme va être initié à mille savoir hors normes, de la méditation à la pêche à la mouche, du poker à l'art de la métamorphose, en passant par le crochetage express et l'invisibilité pure et simple. Mais dans quel but ? Celui de l'aider à retrouver (et à faire payer) l'assassin de sa mère... ou celui de dérober un mystérieux - et monstrueux - diamant détenu par le gouvernement, rien moins, peut-être, que la légendaire pierre philosophale ?
À ces deux missions inextricablement liées s'ajoute en creux, la quête primordiale de Daniel : celle qui lui permettra de découvrir qui il est vraiment. Et peu importent les moyens qu'il lui faudra employer pour l'accomplir.

Lire Stone Junction c'est appuyer sur pause concernant le reste de sa vie. Ce roman m'a réellement donné l'impression de participer à une expérience particulière ; d'assister à des évènements qui marquent une vie de lecteur.

Vous savez le pire dans tout ça ? Je pense que je n'arriverais PAS à expliquer pourquoi. Il y a quelque chose dans l'histoire ou bien dans la plume ; quelque chose qui absorbe et donne l'impression – parfois à l'instar des protagonistes – d'avoir consommé quelques substances altérant l'esprit.


Stone Junction est le roman d'apprentissage qui fout la honte aux autres. Dans la préface, Thomas Pychon en dit une chose (qui, à mon sens, ne pourrait être plus juste) :
"Lire Stone Junction, c'est participer à une fête ininterrompue en l'honneur de tout ce qui compte."

L'A.M.O, l'Alliance des Magiciens et Outlaw, est une organisation de hors-la-loi recueillant Daniel et Anaelee, sa mère. Ces deux-à vivront dans la communauté et rencontreront beaucoup de personnage hauts en couleur. Chacun à leur façon, ils apportent quelque chose pour participer à l'éducation de Daniel – et celle du lecteur. Poètes ou philosophes, éduqués ou défoncés, tous ont une personnalité épatante, des histoires fascinantes et quelque chose à transmettre d'une manière ou d'une autre. L'AMO c'est dont un paquet de personnages déjantés, ayant une vision de la vie qui sort de l'ordinaire mais qui semble être, d'une manière ou d'une autre, la vérité.

Finalement, Stone Junction est un peu le livre qui met la lumière sur des personnes "inadaptées" socialement et force le lecteur à se demander si ce n'est pas ça, la clé de la liberté et de la vie.

Bref, Stone Junction met une claque à son lecteur ; et ce dernier en redemande. 

 Vous m'excuserez mais j'adore mes photos pour ce livre (y'a des escargooots) alors je les mets. Mais venez me voir sur insta sinon! héhé

Si vous avez envie d'un roman différent qui souffle un vent de liberté dans le cœur du lecteur tout en laissant une trace dans le cœur de l'humain ; je vous invite très vivement à découvrir ce petit diamant.

"J'ai trouvé la vérité, et elle est simple: la vie est étonnante"

mardi 17 octobre 2017

Un Baobab pour Lady Lily - Caroline Hurtut & Amandine Dugon

Auteur: Caroline Hurtut
Illustrateur: Amandine Dugon
Collection Rêves Bleus - Éditions d'Orbestier
Prix: 15.00 €

Un Baobab pour Lady Lily a été une très belle découverte pour moi qui ne lit que peu d'albums; un régal autant pour mes yeux que pour mon esprit. A vrai dire, j'ai été tellement charmée que j'ai décidé d'en lire davantage à l'avenir.

C'est la couverture qui m'a tout de suite fait tombée amoureuse et lorsque j'ai contacté les éditions d'Orbestier, ils ont eu la gentillesse de m'envoyer un exemplaire. Comme toujours, mon avis sera malgré tout 100% objectif.

Hey coucou!

Résumé: Un beau jour, alors qu’elle se promène dans son magnifique jardin anglais, Lady Lily découvre en son milieu un curieux baobab. Stupéfaite, elle est loin d’imaginer que c’est pour elle le début d’une incroyable histoire pleine de surprises… Car quoi de plus étonnant que de commencer une correspondance à travers des plates-bandes de fleurs, entre glycines et bananiers ? Une histoire drôle, insolite et tendre pour les petits et grands amoureux sans frontière.

Donc la couverture - et sa sublime illustration signée Amandine Dugon - m'a envoûtée à la seconde où j'ai posé les yeux dessus et j'ai eu la très agréable surprise de découvrir des dessins tout aussi magnifiques à l'intérieur du livre. J'ai pensé vous en mettre quelques photos mais je vais m'arrêter à une pour ne pas gâcher la surprise de ceux qui voudraient se laisser tenter.

Avouez que cette illustration vous représente autant que moi les Pandas ! (Pour info, le reste de l'album revêt des illustrations + fleuries et agréablement claires et colorées)

Alors oui, les illustrations sont tout simplement à tomber mais elles n'auraient pas autant d'impact si le texte ne suivait pas en terme de qualité. Hors, pas de souci à ce niveau là. La plume de Caroline Hurtut est charmante, poétique, délicieuse. On retrouve ici une histoire tout à faire adorable, une ôde à la nature et aux rencontres qui changent une vie.

Bon allez, vous êtes trop mignons, vous méritez une autre illustration.



Un Baobab pour Lady Lily c'est donc une histoire parfaite dans un écrin d'une douceur exquise; je le recommande à tout les rêveurs qui aiment savourer des histoires magiques et surréalistes. Je suis tombée amoureuse, totalement. Et je suis sure que ce sera votre cas.

Cet album respirant la sensibilité mérite d'être connu. Reconnu. Lu pour soi-même. Lu à ses enfants. Offert à ses proches. Offert à soi-même parce qu'on s'aime.
Bref, offrez-vous une plongée poétique dans un jardin magique et, tout simplement, laissez-vous séduire.